Dirigeants restez motivés face aux difficultés de la crise

2

PÉRIODE DE CRISE, RESTEZ MOTIVÉS

En cette période de crise économique et  morale majeure, la nécessité pour les dirigeants et managers pour rester motivés ne se discute pas : si le capitaine du navire ne sait ni ou il va, ni pourquoi : il peut s’attendre à ce que les marins quittent le navire, et aujourd’hui la crise nous a projeté en pleine mer, dans la tempête… La question est plutôt de savoir comment et pourquoi rester motivé.

La responsabilité des dirigeants, pour sortir de cette crise, est justement de saisir cette opportunité pour réinventer le futur et proposer un nouveau style de management.

Les modèles de management n’ont pas suivi n’ont pas suivi la révolution internet ni celle de la téléphonie mobile. On vit et on travaille autrement mais on persiste à diriger comme au début du XXème siècle et bien sur cela ne fonctionne pas très bien.

Alors ? Alors, pour l’instant, on stagne, en attendant d’hypothétiques recettes. Certes il est facile en temps de crise, de se replier sur soi et d’avancer sur un chemin de mort.

Il est possible aussi de s’ouvrir sur un chemin de vie. Ce que je gagne n’enlève rien à autrui, et son succès est mon succès. Nous pouvons réussir ensemble, pas les uns contre les autres. Nous sommes tous dans le même bateau et il y a urgence.

 

ALORS COMMENT RESTER MOTIVE(E) FACE A LA CRISE ?

A cette question nul autre que vous-mêmes ne peu répondre. La motivation fait partie de chacun, et fait partie de son intimité. Néanmoins on peut dire que la motivation est étroitement liée à la recherche du sens. Le moment est peut-être venue de faire une introspection…

Pour diriger autrui, il faut déjà se diriger soi-même. Et, partant du principe qu’une équipe ne peut évoluer au-delà de sa direction, il est temps de vous demander ce que vous faites, vous pour grandir.

Quelques questions peuvent vous y aider.

  • Qui êtes-vous ?
  • Qu’elles ont été les étapes fondamentales de votre évolutions professionnelle ?
  • Comment ?
  • Grâce à qui ?
  • A qui devez-vous ce que vous êtes ?
  • Et après ?

Si un grand périodique national, voire  international parlait de vous dans un ans, dans 5 ans, que voudriez-vous qu’il dise ? Qu’elle est la première pierre que vous allez placer dans ce sens aujourd’hui ?

Avez-vous déjà clairement réfléchi à ces questions ? Si ce n’est pas le cas, il est temps. Créez ce monde de demain. Et si vous avez des moments de découragement, ne renoncez pas, « faites  infuser davantage ».

La question du sens est effectivement  fondamentale mais il est difficile d’y trouver réponse tout seul. Pour cela, un coach peut vous aider. Vous pouvez aussi faire faire fonctionner votre réseau. Vous n’êtes pas seul. vous pouvez réfléchir avec votre entourage, vos pairs, vos supérieurs hiérarchiques, vos collaborateurs, à l’intérieur, comme à l’extérieur de votre entreprise.

Interrogez, écoutez, mais écoutez vraiment, sans préparer vos réponses ni vos objections. C’est de l’ouverture que viendront les bonnes connexions, les idées bien venues. Est-il indispensable de trouver l’idée du siècle ? Non. Trouvez déjà celle qui donnera une raison de travailler, un espoir  à vos collaborateurs.

 

IL NE S’AGIT PLUS D’APPLIQUER DES RECETTES, MAIS DE LES INVENTER.

Il est manifeste que les cloisonnements ont vécu. Utilisez Internet : pour développer, animer, faire vivre votre réseau. Et, à l’instar des commerciaux d »il y 30 ans   » si vous ne pouvez entrer par la porte, passez par la fenêtre ».

C’est cela la créativité, qui permet de trouver des solutions là où on ne les attendait pas forcément. Il y a pas un chemin, mais des chemins. Nous nous dirigeons manifestement vers une société de travailleurs de plus en plus indépendants. Le travail à distance et le monde des services se développant, les relations, avec et dans l’entreprise, évoluent.

Prenons les devants : au lieu de considérer les salariés, par exemple, comme des exécutants, considérons les comme des fournisseurs de service : le service qu’ils vendent, c’est leur force de travail. A l’inverse, demandons leur de traiter l’entreprise comme leur cliente. Et mettons en place des logiques y afférant. Ainsi, l’évaluation des salariés par rapport à leurs missions et au projet d’entreprise plutôt  que par rapport à leurs fonctions les incitera aux initiatives en adéquation avec la vision partagée de l’avenir de l’entreprise.

La mission du management aujourd’hui consiste à faire partager la vision, le projet de l’entreprise avec les salariés. Ce partage est incontournable pour l’implication de chacun et donc l’atteinte de bons résultats. Le manger doit passer du statut d’expert, centré sur la technique, à celui de responsable centré sur les processus-relations hiérarchiques,  relations entre les équipes, relations transverse. On doit même aller plus loin, et dire qu’il doit être « un porteur de sens  » au sein de l’entreprise.

Partager

À propos de l'auteur

2 commentaires

Laisser un commentaire